top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGaelle Weissert

Souvenirs - Ressentis - Émotions

L’olfaction – Un air qui nous donne du nez

Lorsqu'une odeur est présente dans l'air inspiré, elle se lie à un récepteur. Nos neurones olfactifs s'activent et génèrent un influx nerveux véhiculé par des axones sur le trajet du premier nerf crânien, le nerf olfactif, vers le bulbe olfactif de notre cerveau. Et là, soit c’est l’apothéose soit le dégoût le plus total qui peut nous envahir. Explications…


La première étape se produit dans le nez : il y a transformation du message chimique des produits odorants en un message nerveux compréhensible par le cerveau. Chez l’humain, l’épithélium olfactif est une petite zone de 5 cm2 tout en haut de chaque cavité nasale, entre les deux yeux. La même surface que chez le rat mais elle peut atteindre 200 cm2 chez les chiens au long nez !


Ses cinq millions de neurones (ou cellules nerveuses) olfactifs sont dotés de protéines spécialisées, ces récepteurs olfactifs captent les molécules odorantes et ainsi stimule les neurones. Un neurone stimulé génère un influx nerveux qui va passer dans le cerveau au niveau du bulbe olfactif. Cet épithélium est le seul tissu nerveux en contact avec l’extérieur et il possède la propriété exceptionnelle de se renouveler tout au long de la vie, grâce aux cellules souches qu’il abrite.


De la technique à l’émotion

Étape suivante : le cortex olfactif. Il fait partie du système limbique, carrefour des émotions et de la mémoire. Environ 150 millisecondes après l’inhalation, le message odorant parvient à la deuxième synapse du parcours olfactif. On n’a pas conscience de cette progression qui pourtant stimule deux zones importantes, l’amygdale et l’hippocampe.

L’amygdale traite les émotions, agréables ou désagréables tandis que l’hippocampe joue un rôle majeur dans l’encodage et le rappel des souvenirs. La description de Marcel Proust dans son premier tome, « Du coté de chez Swan », concernant le souvenir de la madeleine qu’il mangeait chez sa tante Leonie est des plus éloquente.

Extrait : « Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin, à Combray, quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. » Magique !



Et vous ? Souvenez-vous de ce moment où vous avez pu fermer les yeux et frissonner lorsque l’effluve d’une odeur est venu caresser vos récepteurs olfactifs. Rappelez-vous cette odeur de tarte aux pommes qui sort du four de chez votre grand-mère lorsque vous étiez encore enfant ou encore le souvenir du poulet rôti du dimanche qui est capable de vous faire saliver rien qu’en vous le remémorant. Un délice !


Un parfum, l'odeur d'un lieu ou d'un plat… Notre odorat est capable de nous rappeler des souvenirs lointains chargés d'émotions. Les odeurs liées aux émotions créent des souvenirs forts, selon le professeur de neuroscience à l’Université de Columbia, Stuart Firestein. Mais comment ? Cela s’expliquerait par une projection d’adrénaline dans le cerveau et plus précisément dans le système olfactif. L’odorat pourrait ainsi également rappeler des êtres chers ou des souvenirs de leurs présences. En sentant tout simplement un parfum porté dans le passé par cet être cher permettrait presque de percevoir sa présence.

Les recherches actuellement menées par le Professeur Firestein sur le système olfactif tente de déterminer si l’odorat peut aider à traiter certaines maladies comme l’Alzheimer : « Il est possible de les soigner avec des odeurs propres à leur vie antérieure (…) afin de leur donner un sens de la mémoire, un sentiment d’identité ou réveiller un sentiment d’identité », explique le Professeur Stuart Firestein. « Avec la mémoire, il est important non seulement de ne pas oublier comment vous vous souvenez des choses mais également de comprendre comment vous oubliez ces choses. Souvent, l’oubli est tout aussi important que le souvenir », conclut le professeur de neurosciences. Des progrès à suivre…!


Celui-là, je ne peux pas le sentir…qui ne le pas déjà dit ? Dénoncez-vous !


D’après de récente étude, des odeurs corporelles qui se ressemble pourrait prédire une amitié à près de 71% ! Si l’odeur est agréable pour notre cortex olfactif, cela a un effet immédiat sur notre sentiment de sécurité et de bien être, cela va ainsi favoriser le rapprochement entre deux individus. Ce coup de foudre dont on parle si souvent ou cette attraction qui se produit avec une personne, est-ce la personne elle-même qui nous attire, son attitude ou finalement son odeur qui nous envoûte et qui fait que notre cœur s’emballe sans crier gare…Chimiquement mystérieux !


Alors que nos amis les animaux se reniflent et se reniflent entre eux pour décider qui est ami ou ennemi, les humains se reniflent également, et oui…ils ont tendance à mettre leurs mains à coté de leur nez très fréquemment et par ce biais, la plupart du temps sans le vouloir et s’en rendre compte, ils se reniflent…Tentez donc de calculer le nombre de fois que vous mettez les mains près de votre nez…moi aussi cela ma surprise mais c’est toutes les minutes !!! Ainsi ont peut conclure que l’odorat à un impact important sur notre vie sociale parmi d’autres nombreux facteurs et cela surtout de manière totalement inconsciente.

N’avez vous jamais senti une odeur dans un magasin qui vous a incité à acheter des produits proposés ? Cela est aussi un voyage olfactif mais organisé de façon bien plus consciente de la part des services marketing qui sont derrière cette idée et qui ont choisi de manière tout à fait spécifique les odeurs qui seront diffusées et à quel moment. A défaut du philtre d’amour, ici nous sommes en présence du philtre de fidélisation ou de la fièvre acheteuse…ABE

Si vous êtes toujours entrain de lire cet article, c’est que l’olfaction à éveiller votre curiosité. Vous pouvez l’imaginer, l’olfaction à une grande place dans ma pratique. J’utilise au quotidien des senteurs grâce aux huiles essentielles pour aider mes clients à ressentir une émotion, à se laisser aller, à lâcher prise un instant dans leur quotidien et à ouvrir leurs cœurs, car oui, il est souvent question d’une émotion qui est bloquée au niveau du cœur, car trop de souffrances, trop de blessures ou trop de rejets ont ternis les ressentis, les émotions et les souvenirs.


Lorsque je donne un flacon d’huile essentielle à mes clients, souvent choisie au hasard*, je leurs demande de humer l’odeur du flacon pendant plusieurs minutes les yeux fermés pendant que je travaille sur des zones réflexes de la tête et/ou des oreilles- C’est précisément à ce moment-là qu’il se passe souvent quelque chose. Une émotion qui remonte à la surface, une chaleur qui traverse le corps, un souvenir qui surgit. A cet instant, j’accueille avec mon client ce qui se passe, nous observons la situation et laissons aller ces émotions afin qu’elles ne se cristallisent pas dans leurs corps. Libre au client d’expliquer la situation ou pas. L’important est de prendre conscience de ce que cette émotion à éveillé et surtout de la prendre en considération. Mes clients prennent souvent conscience de ce qui se passe et mon cadeau ultime c’est lorsqu’ils me disent avoir trouvé une solution à un problème qui les tracassaient. Non ce n’est pas de la magie, il n’y a aucune force à l’action, autre que celle de la personne qui s’est ré-approprié sa vie, son émotion et qui a trouvé un nouveau chemin grâce à l’introspection et la re-connection sa force vitale, la résilience.



Ainsi la réflexologie et l’aromathérapie ont une grande influence sur le travail personnel qu’une personne souhaite faire mais le plus grand travail est fait par la personne elle-même. Comme je dis souvent à mes clients : « Je vous donne juste un élan, à votre corps, votre cœur et votre âme par mes pressions, à vous de prendre ce dont vous avez besoin et d’en faire quelque chose de beau ».


Si vous souhaitez en savoir plus sur les voyages olfactifs, je me tiens à votre disposition et en attendant je vous propose de tester un peu chez vous ce qui ce passe lorsque vous sentez les huiles essentielles que vous avez déjà en votre possession. Asseyez-vous sur une chaise confortable, les pieds bien à plat pour être en conscience avec la terre et votre corps. Fermez les yeux et humez le flacon ou quelques gouttes sur un mouchoir et laisser vous aller. Aucun jugement, aucune honte, soyez indulgent avec vous-même car se que votre corps va vous transmettre sera le début de votre guérison.


Avec toutes mon affection,

Gaelle Weissert


Réflexothérapeute

Cabinet ETRE - Renens

079/447.01.71





















*le hasard pour moi est subjectif, car inconsciemment sans le savoir ont choisit ce dont nous avons besoin !


6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page