top of page

LES TRAITEMENTS
POST-CHIRURGICAUX

Toute intervention chirurgicale provoque une inflammation des tissus. Une incision est considérée comme une agression pour notre corps. Notre corps ne peut concevoir une plaie ouverte, il va donc faire tout ce qui est en son pouvoir pour fermer cette porte d'entrée à de possibles intrus. 

Quand vous subissez une intervention, que ce soit une prothèse de hanche ou de genou, une mastectomie ou encore une chirurgie esthétique, il en résulte toujours un lymphoedème aigu. Réaction normale de l'organisme car la capacité de transport du système lymphatique s'est effondrée. Une augmentation du taux de protéines définit le lymphoedème secondaire post-chirurgical. Il est donc nécessaire de compresser la plupart des interventions.

Expérience faite, le drainage lymphatique facilite également la fermeture d'une cicatrice. Le volume de lymphe environnant la cicatrice ne trouvant pas son chemin vers les noeuds lymphatiques les plus proches, il est nécessaire de lui "remontrer" le chemin avec des mouvements spécifiques. L'incision ayant provoqué une fibrillation des lymphangions et empêche ainsi la lymphe de retourner dans la circulation lymphatique. La stagnation de cette lymphe est dangereuse pour les tissus environnant étant donné qu'ils ne sont pas alimentés correctement et peuvent ainsi dire se fibroser plus facilement.

Lors de la pose d'une prothèse de hanche, d'un genou, ou de l'articulation d'une épaule, le port d'une contention dès le retour en chambre permet de réduire considérablement l'ampleur et la durée de l'oedème. Ce qui favorise une prise en charge beaucoup plus rapide par le physiothérapeute et une forte diminution des douleurs liés aux flexions et extensions. Ainsi les tissus ne souffrent pas et se régénère plus vite. La cicatrisation est elle aussi plus rapide grâce au retour du flux sanguin et lymphatique dans la zone concernée.

En cas de mastectomie, il est également fortement conseillé d'être attentif à tous les signes avant coureur, ceci dans le but de réduire le risque d'apparition d'un "gros bras".

Dans le cadre du traitement du cancer du sein, les ganglions de l’aisselle en regard du sein malade doivent souvent être retirés (par curage axillaire ou technique du ganglion sentinelle). Dans certains cas, la lymphe a dès lors du mal à circuler correctement et s’accumule en provoquant une augmentation de volume du bras du côté du sein opéré.

Un délai d’apparition et une évolution variables. Le lymphœdème apparaît généralement dans les 18 mois qui suivent le traitement, mais parfois des années après celui-ci. Les facteurs de risques de développer la maladie sont notamment la radiothérapie, une alimentation déséquilibrée, le surpoids et le statut hormonal chez la femme. Souvent modérément étendu, il concerne parfois uniquement la main, parfois tout le bras et même l’aisselle. L’œdème peut être léger ou important, de consistance dure ou molle.

Le lymphœdème occasionne des sensations de pesanteur et des limitations de mouvements nuisibles à la mobilité et à la qualité de vie. De plus, le système immunitaire étant moins performant, la peau du bras est plus à risque d’infection. Ce lymphœdème doit donc être traité rapidement en deux phases :

  • la première, dite intensive, pour réduire le volume du bras, par drainage lymphatique et pose de bandages par un lymphothérapeute ;

  • la seconde, dite d'entretien, pour maintenir cette réduction, par le port de dispositifs de compression tels que des manchons de contention.

Le traitement est associé à des règles de bonne hygiène de vie, et selon les cas à de la gymnastique spécifique et des soins de la peau. La chirurgie par anastomose lymphoveineuse (dérivations de vaisseaux pour contourner la zone lésée) ou par transfert (greffe) de ganglions est parfois proposée lorsque ces traitements n’ont pas été efficaces. Elle peut donner des résultats sur la sensation d’inconfort.

N'hésitez pas à demander à votre chirurgien, médecin ou thérapeute lors d'une intervention chirurgicale afin de mettre toutes les chances de votre côté pour un rétablissement dans les meilleures conditions possibles.

Mesures
bottom of page